Paris Photo_01

Je rentre juste d’un week-end entièrement consacré à la photographie dans la capitale française, dont le moment le plus marquant aura sans aucun doute été la visite de Paris Photo, la foire internationale annuelle de photographie où les plus grandes galeries du monde exposent leurs œuvres.

Voilà bien cinq ans que je n’y étais pas allé, et je dois dire qu’à mon humble avis, du point de vue de mon goût personnel, cette exposition était supérieure à la précédente. Un retour à une approche plus humaniste, avec beaucoup de travaux en noir et blanc, plus éloignée de l’imagerie conceptuelle en grand format et parfois saturée de couleurs que l’on pouvait voir auparavant.

D’un autre côté, je note qu’une chose n’a vraiment pas changé : Paris Photo reste un événement où tous les branchés de l’art aiment se montrer, exhibant une élégance légèrement excentrique. Il semble également être de rigueur d’arborer le dernier Leica autour de son cou, l’air de rien.

J’ai beau avoir passé près de huit heures à arpenter les allées, cela ne suffit jamais pour tout voir. Il y a pléthore de galeries et d’espaces d’exposition à visiter, des stands où l’on peut acheter et consulter des ouvrages de photographie – parfois même se les faire dédicacer –, et de nombreuses discussions et conférences auxquelles assister. J’aime toujours beaucoup faire de nouvelles découvertes, souvent de photographes bien établis quoique moins connus du grand public. La dernière fois, cette bonne surprise m’est venue du Hongrois Ferenc Berko, et cette année, de l’Allemand Timm Rautert (mon semi-homonyme !), tout particulièrement de son ouvrage de 1967 sur Josef Sudek.

Paris Photo, c’est aussi et surtout l’occasion de retrouver des amis photographes et connaissances que l’on a peu le temps de voir pendant les mois de l’année où le travail nous accapare tous. Un moment pour partager sa passion, échanger des points de vue, dans un environnement fantastique – le Grand Palais incarnant réellement ce que l’architecture parisienne peut avoir de majesté. Et lorsqu’en plus le soleil brille, comme c’était le cas vendredi dernier, la merveilleuse lumière qui se répand par la verrière élève encore d’un cran l’expérience visuelle.

Je n’ai pas fait qu’admirer les œuvres exposées… Le photographe de rue en moi n’a pu résister à l’envie de regarder les gens et d’immortaliser quelques scènes du spectacle au cœur du grand spectacle. Voici donc quelques souvenirs de ce moment, dont beaucoup tournent autour de la photo de portrait. Car j’ai beau être attiré par divers styles photographiques, qu’ils soient de type documentaire, abstrait ou paysager, si je devais un jour venir à Paris Photo en tant qu’acheteur/collectionneur, je suis sûr que c’est un visage que j’aurais envie d’accrocher à mon mur. Mais quand je pense qu’une œuvre d’Avedon est vendue 600 000 $ chez Hamiltons, il est possible que je doive encore patienter quelques années !

Paris Photo_02 Paris Photo_03 Paris Photo_04 Paris Photo_05 Paris Photo_06 Paris Photo_07 Paris Photo_08 Paris Photo_09 Paris Photo_10 Paris Photo_11 Paris Photo_12

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *