Workshop de Street Photo à Londres, printemps 2018

Ayant passé 15 ans à subir les railleries des Français sur le temps qui sévit dans mon pays natal, ma joie fut immense lorsque les dieux nous firent la grâce d’un ciel radieux avec des températures plus que clémentes pour mon premier workshop à Londres.

Ajoutez à cela le privilège de pouvoir héberger les cinq participants dans la maison victorienne de ma famille sur place, et les circonstances étaient idéales pour que chacun se sente dans les meilleures conditions possibles pour aborder ces trois journées de photo de rue.

Après la première soirée d’échanges et de présentation de travaux sur papier, j’ai exposé les grandes lignes des différents défis à relever et des exercices pratiques nécessaires pour améliorer son « taux de réussite » en environnement urbain. Après quoi, nous avons tout de suite filé dans les rues pour traquer l’inattendu !

© Pierre-Jean Durieu

Mon objectif principal était d’offrir aux participants le maximum de temps de prise de vue, afin d’optimiser leur expérience sur le terrain et leur plaisir de vivre une visite guidée photographique de cette ville fabuleuse. Au cours des six derniers mois, je m’étais attelé à préparer le meilleur itinéraire possible, en cherchant divers lieux qui me paraissaient présenter le plus d’intérêt pour la photo de rue, en termes de décor, de couleur, d’architecture et d’activité spécifique.

© Tim Fox

Le premier jour, nous sommes d’abord allés sur South Bank, dont les couleurs vives et modernes contrastent avec les formes brutales du béton des bâtiments construits dans les années 50 et 60. De là, nous avons marché le long de la Tamise, arpenté ses plages (!) et rallié la célèbre Tate Modern et le Millennium Bridge, où s’offrent des perspectives intéressantes de l’horizon londonien. Nous avons ensuite contourné la cathédrale Saint-Paul pour nous rendre au centre commercial moderne de One New Change, un lieu très intéressant pour se frotter aux jeux de lumière et de reflets. Enfin, pour clore notre petite marche de presque douze kilomètres, nous sommes revenus par le quartier de Bank, le cœur de la City.

© Carole Lévy

© Tim Fox

© Elisabeth Bisonotto

© Carole Lévy

© Elisabeth Bisonotto

© Tim Fox

© Elisabeth Bisonotto

© Pierre-Jean Durieu

© Tim Fox

© Tim Fox

© Emmanuelle Pravieux

© Revanatha Rajapakse

Le samedi matin, après avoir passé en revue nos clichés de la veille dès le saut du lit, nous sommes partis pour l’hyper-centre de Londres, Trafalgar Square. Nous avons eu l’agréable surprise d’y découvrir un bouillonnement d’activité : c’était en effet la fête de la Saint-Georges, un rendez-vous annuel à la mémoire du saint patron de l’Angleterre. Avec leurs tenues spectaculaires hautes en couleur, ceux que l’on appelle les Pearly Kings and Queens illuminent de leur présence cet événement culturel. Après une brève pause-déjeuner à la Photographer’s Gallery, nous nous sommes rendus dans le quartier excentrique et trépidant de Soho, avec ses musiciens de rue et sa galerie de personnages originaux typiques des lieux. Nous sommes ensuite allés à la rencontre des artistes de rue de Covent Garden, avant de nous diriger vers le sud en franchissant Waterloo Bridge pour rejoindre le National Theatre et le quartier de South Bank, où nous étions allés trente heures auparavant. Ce peut être un vrai plus que de revenir sur un emplacement déjà visité quand on fait des photos de rue, sachant que l’on a déjà eu la possibilité de repérer les bons points de vue, d’avoir des idées de composition et d’observer la façon dont les gens occupent les différents espaces. Cerise sur le gâteau, nous avons alors bénéficié d’une sublime lumière du soir qui a permis d’obtenir de belles images aux teintes chaudes.

La grasse matinée n’était pas au programme du dimanche, où nous avions encore fort à faire. La première partie de la journée fut consacrée à la couverture du marathon de Londres – pas vraiment la course en elle-même, puisque nous sommes des photographes de rue et non sportifs ! Le but était de capter l’atmosphère de cet événement sportif et social en dehors du sentier battu par les coureurs, si je puis dire. La présence d’une telle foule dans les rues vous force à être inventif, à affûter votre sens de l’observation et à chercher de nouveaux angles pour raconter votre histoire. Il n’a pas été simple pour le groupe de rester ensemble dans de telles conditions, mais j’ai été extrêmement impressionné par la façon dont chacun a réagi créativement à la situation.
Ce fut ensuite un vrai plaisir que de quitter toute cette agitation pour profiter d’un bon pique-nique dans les jardins de la cathédrale Saint-Paul. Pour la dernière partie de notre atelier, nous sommes allés du côté de Brick Lane (ainsi que des Nomadic Gardens adjacents) et de Shoreditch. Pour ceux qui n’y étaient jamais allés, ce fut un véritable régal pour les yeux, ainsi que la confirmation manifeste de « l’esprit libre » de la vie londonienne – où l’on n’hésite pas à être qui l’on est et à s’habiller comme on veut. En outre, les tags, graffiti et tout le street art qu’on y trouve constituent, cela va sans dire, du pain béni pour tout photographe de rue !

© Tim Fox

© Elisabeth Bisonotto

© Tim Fox

© Elisabeth Bisonotto

© Elisabeth Bisonotto

© Elisabeth Bisonotto

© Emmanuelle Pravieux

© Tim Fox

© Mike Davies

© Tim Fox

© Tim Fox

© Tim Fox

© Tim Fox

© Mike Davies

© Pierre-Jean Durieu

© Emmanuelle Pravieux

© Emmanuelle Pravieux

© Pierre-Jean Durieu

© Tim Fox

© Pierre-Jean Durieu

© Tim Fox

© Elisabeth Bisonotto

© Emmanuelle Pravieux

© Tim Fox

© Carole Lévy

© Elisabeth Bisonotto

Il était convenu que l’atelier prenne fin le dimanche soir ; mais au vu des très longues journées que nous avions passées à prendre des photos, j’ai jugé utile de s’accorder le temps d’une matinée supplémentaire afin de faire un petit bilan ensemble, où nous pourrions passer en revue tranquillement toutes les photos prises, les ratées comme les plus réussies.

Je suis rentré de cette expérience avec un vrai sentiment de satisfaction et, une fois encore, ravi d’avoir partagé ma passion avec mes compagnons de voyage. Plus de 15 ans se sont écoulés depuis que j’ai quitté Londres. Malgré tout, je m’y sens toujours chez moi, et j’apprécie toujours autant de redécouvrir la ville à chaque voyage. J’ai ma propre histoire d’amour avec la France et bien des aspects de sa culture, mais il se trouve que ce sont les Français qui me rappellent constamment à quel point ils envient le mode de vie britannique, avec sa décontraction et son ouverture d’esprit, où l’anticonformisme et la liberté d’expression constituent la norme. La plupart de ceux qui ont participé à ce workshop réfléchiraient à deux fois avant de pointer leur objectif sur un inconnu en France… mais après trois jours dans les rues de Londres, ils ont eu du mal à s’empêcher de le faire ici !

Merci encore à Carole, Emmanuelle, Mike, Elisabeth et Pierre-Jean pour votre compagnie si agréable et pour votre motivation artistique.

Être sensibilisée à l’observation de tout ce qui peut nous entourer est d’une richesse incroyable. Mon oeil s’est surpris à vouloir saisir des scènes de vie me poussant à l’audace et laissant place à l’expression de ma sensibilité.Londres fut un terrain de jeu formidable.

Il y règne une atmosphère tellement porteuse pour l’inspiration ! Il fut d’autant plus un terrain de jeu formidable qu’il fut balisé par Tim, concocteur d’un we parfaitement organisé, riche de partage et d’échange entre nous tous, porteur de bienveillance et d’écoute et animé par la joie et la bonne humeur.

Carole

Lorsque j’ai su que Tim Fox organisait un workshop, je n’ai pas hésité un instant. J’aime son travail, ses photos de rue minimalistes, denses dans les couleurs et dans les noirs. Apprendre que le workshop avait lieu à Londres a été la cerise sur le gâteau. Tim avait tout organisé dans les moindres détails, de l’apéro de bienvenue jusqu’au départ de chacun. J’ai beaucoup aimé l’alternance  de moments en autonomie et d’autres où on était plus en groupe.

C’était aussi très sympa d’avoir un moment en rentrant pour trier ses photos et présenter son éditing aux autres du groupe. L’expérience de Tim en matière de photo de rue m’a beaucoup apporté et m’a donné une grande assurance. Londres est, en plus, un terrain d’expérimentation très varié et les londoniens sont très cools face à l’appareil photo. Ce workshop m’a donné envie de poursuivre la photo de rue mais aussi de revenir très vite à Londres. Mille merci, Tim !

Emmanuelle

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *