Blog

Les grands photographes de rue prennent des photos pourries

Loin de vouloir renverser de leur piédestal les « noms vedettes » de notre profession, je souhaite au contraire démontrer que l’on peut apprendre tout autant des photos « ratées » ou « erreurs » que des bonnes. J’irais même jusqu’à dire que ces photos « pourries » séparent peut-être tout autant les meilleurs photographes du commun des mortels que leurs clichés les plus réussis.

Livre photo du Street Workshop de Paris

Dans le registre de la photographie, le meilleur moyen de pouvoir tout à fait apprécier des images, c’est de les découvrir compilées dans un livre. Que ce soit dans le cadre professionnel d’un mariage, ou pour une série de clichés de vacances, les photos ne prennent réellement leur véritable sens que lorsque nous les découvrons sur papier. J’applique ce même principe à mes workshops de photo de rue.

Conversations visuelles avec Niall McDiarmid

Il y a quatre ans environ, j’ai découvert le travail de Niall McDiarmid. Au-delà du plaisir et de l’admiration que ses photos ont suscités chez moi, j’ai eu l’impression que ses clichés réunissaient plusieurs éléments qui faisaient défaut dans mon travail. Sa manière de mélanger les genres entre portrait et photographie de rue m’a tout de suite plu ; il exprimait quelque chose de concret qui allait au-delà de l’expression artistique personnelle.

WORKSHOP AUTOMNAL STREET PHOTO À PARIS

Après plusieurs mois de préparatifs, mon projet de workshop automnal street photo à Paris s’est enfin concrétisé. Tant dans la recherche du lieu d’accueil pour notre groupe ou dans la sélection d’une diversité de coins singuliers de la capitale, le défi était d’offrir aux participants les conditions idéales pour exercer et enrichir leurs savoir-faire.

La photographie de rue sans les personnages

Pourquoi la photographie de rue devrait-elle forcément faire figurer des gens ? Bien d’autres aspects des paysages urbains fournissent matière au photographe. L'essentiel est de dévoiler l’inhabituel, dans l’ environnement ordinaire de nos vies urbaines, peu importe le sujet traité.

Exposition au Festival Photo Pont-Saint-Martin

Je suis ravi d’avoir fait partie des cinq photographes invités à présenter leur travail le week-end dernier dans le cadre de la 12ème édition du festival photo de Pont-Saint-Martin, un évènement désormais important dans l’agenda des amoureux de la photographie nantaise.

Workshop de l’automne à Nantes et Saint Nazaire

J’ai eu le plaisir d’être sollicité pour animer un workshop de street photo pour Loire Atlantique Photo, qui rassemble 24 clubs de photo dans la région, avec plus de 800 membres. Je dirige des ateliers de photo de rue par demi-journées à Nantes depuis plusieurs années déjà, mais c’était là ma première occasion d’organiser un programme plus riche, s’étendant sur un week-end complet avec la soirée du vendredi pour faire connaissance et présenter le programme en question.

Exposition à Trentemoult

Je suis ravi de participer à l’ évènement - le Parcours des Créateurs- et expose mes images de Street Photo inspirées par Londres, Rome et autre décors urbains au 8 quai Marcel Boissard à Trentemoult. Rendez- vous à partir de vendredi 15 juin (18-20h) et tout le weekend du 16/17.

Zoom sur mes coups de coeur 2017

Je profite de cette période de fêtes, où l’on a souvent le temps de passer des moments privilégiés avec sa famille avant de se lancer dans douze nouveaux mois de travail, pour établir un petit « best of » photographique de l’année qui touche à sa fin.

Faites le vide dans votre tête et laissez entrer la lumière

Au fil de ces journées d’isolement, j’ai progressivement pris conscience de la façon dont la lumière, suivant l’heure, transformait toutes ces choses qui nous entourent en objets de beauté. Ce ralentissement forcé m’a permis de vider mon esprit et d’aiguiser mon sens de la perception. Au sens propre comme au figuré, je voyais les choses sous une lumière neuve.

La photo de rue est-elle synonyme d’occupation solitaire ?

Déambuler dans l’environnement urbain avec l’espoir de capter un moment visuel dont l’existence repose uniquement sur la singularité de notre regard à un instant précis, voilà une activité, pour la majorité des photographes de rue, qui peut souvent s’apparenter à une expérience d’éveil quasi-spirituel. Ce processus créatif semble pratiquement inimaginable en compagnie d’autrui. Sinon, comment rester en alerte, sans se sentir déconcentré par l’autre ?

Temps forts de la photographie de rue en 2019

Alex Webb « himself » m’a dit un jour que j’avais un talent inné pour le format portrait. Autant dire que je l’ai pris comme un compliment ! Quand je regarde les clichés de rue que j’ai pris au cours de l’année passée, je remarque une fois encore que certaines de mes photos les plus réussies et les plus intéressantes sont verticales.

Le 56 se jette à l’eau

Après les succès des expos à Trentemoult et à Pont St. Martin, l'année dernière, je suis enchanté de participer prochainement à l'exposition collective " Le 56 se jette à l'eau", se déroulant dans le quartier de Sainte-Anne à Nantes. Dans ma pratique de la photographie de rue, les plages et les bords de mer, se dévoilent comme des terrains de jeu, aussi propices et abondants en matière, que des espaces expressément urbains.

Nouvelle Newsletter de Photo de Rue

Inscrivez-vous dès aujourd'hui à ma nouvelle Newsletter dédiée à la Photo de Rue. Ma philosophie sur le sujet, conseils pratiques, recommendations d'expos et livres. Recevez en avance les infos et offres sur les prochains Stages/Workshops.

Un emplacement de premier choix

Nous sommes souvent admiratifs du talent des photographes de rue qui parviennent à extraire un instant magique et spontané, semblant à la fois organisé et séduisant, de la masse chaotique des informations visuelles qui nous entourent. On pourrait croire qu’ils ont simplement eu de la chance. En vérité, il n’en est rien.

Eloge de la verticalité

J’ai toujours envisagé la photographie comme l’art de capturer la réalité d’une manière qui ne saute pas immédiatement à l’œil nu. C’est l’une des raisons fondamentales pour lesquelles j’ai souvent été attiré par le format portrait. Cadrer une image verticalement créé une perspective différente, un point de vue quelque peu atypique et distancié de la réalité, et qui offre par là même une forme d’abstraction.