Une fouille archéologique qui livre quelques trésors sur nos origines gauloises

Après avoir précédemment collaboré avec la Direction régionale des affaires culturelles ( DRAC Pays de la Loire ) pour le suivi des chantiers de rénovation des cathédrales du Mans et d’Angers, documenter la fouille préventive d’Allonnes, commune située près de Saumur, fut pour moi une expérience toute nouvelle.

Pendant 3 jours l’automne dernier, j’accompagnais l’équipe archéologique de l’Inrap durant la dernière phase de leurs excavations et recherches sur ce site datant des 2ème et 1er siècles avant J-C. Les intempéries n’aidèrent à l’avancement des travaux, beaucoup d’heures devant être investies à drainer le terrain avant de pouvoir démarrer de nouveaux creusements.
Même si je partageais la frustration de l’équipe pendant ces moments, j’en profitais aussi pour saisir des scènes visuellement dramatiques, qui, en quelque sorte, venaient renforcer la notion de lutte entre l’homme, la nature et le passé.

Au-delà de l’intérêt de mieux comprendre l’organisation d’une agglomération gauloise de cette période, quant à l’habitat, l’artisanat et le commerce, mais aussi les sources d’eau et voies de circulation – le travail des archéologues se portait en particulier sur la découverte d’un complexe cultuel et les pratiques votives associées.

Ce fut donc avec une réelle excitation que j’assistais en direct , d’abord à la détection, puis à l’extraction d’un fer de lance, typique des armements communément déposés en offrande à l’extérieur du sanctuaire.

Comme hormis les quelques fondations du temple, les autres rares vestiges étaient enfouis à plusieurs mètres de profondeur, les recherches effectuées s’apparentaient, dixit le chef d’équipe, Elven Le Goff, à une enquête policière au cours de laquelle on essaie de reconstituer la structure et le mode de vie d’une civilisation antérieure, à partir de quelques indices récoltés.
J’étais tout bonnement fasciné par ce travail rigoureux de points relevés, de documentation photographique, de numérotation et mise sous protection des objets extraits.

Pour Elven, spécialiste de cette période de l’histoire, les découvertes d’Allonnes font de ce site une référence à l’échelle de l’Europe celtique. Elles témoignent aussi une fois de plus combien est erronée la croyance populaire dépeignant les gaulois comme des barbares mal dégrossis. Loin s’en faut, c’était un peuple civilisé et même plutôt raffiné, ainsi donc tout à fait prêt à s’adapter aux règles de vie imposées par les nouveaux conquérants Romains.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *